Menu

Confinement : le témoignage de Cécile Cabanis, DG Finances de Danone, Profils

Confinement : le témoignage de Cécile Cabanis, DG Finances de Danone, Profils

Ce n’est que lundi dernier que Cécile Cabanis, directrice générale finances, technologie & data, cycles et achats de Danone, a retrouvé mari et enfants,
après sept semaines de confinement solitaire
dans leur appartement parisien. Sept semaines durant lesquelles elle a pu se concentrer sur son travail. « Il m’a fallu une période d’adaptation : les premiers temps, toute notion d’espace-temps avait eu tendance à disparaître. Il faut une vraie discipline pour se créer des routines, aller marcher tous les jours, trouver des espaces de communication avec la famille, comme avec les amis, etc. », explique-t-elle.

Parmi les premiers chantiers professionnels ? Trouver des masques pour les deux tiers des salariés de l’entreprise qui ont continué de travailler dans les usines et sur les différents sites. « Nous avons mis en place une ‘tour de contrôle’ qui se réunit deux fois par semaine pour identifier tout ce dont nous avons besoin », précise-t-elle. Le comité exécutif, lui, se tient désormais tous les soirs, pour procéder à d’éventuels arbitrages. « Le Covid a totalement changé nos horizons de temps : nos cycles stratégiques ‘à trois ans’ sont devenus au mieux trimestriels ; le ‘court terme’ est désormais à la semaine, voire au jour. Nous nous sommes réorganisés pour que les équipes puissent travailler sur ces différents horizons, étudier l’impact de la crise comme des changements d’habitude de consommation et mettre en place des lignes de décision très courtes », détaille Cécile Cabanis.

Le sujet de
la gestion de la trésorerie
a été traité avec une attention à l’ensemble de la chaîne alimentaire. « Nous avons ouvert sur notre bilan 300 millions d’euros de facilité de trésorerie pour notre écosystème : il faut que les fermiers, les petits fournisseurs comme certains distributeurs, en situation de trésorerie fragile, tiennent, pour que l’ensemble de la chaîne puisse fonctionner », souligne la responsable. En parallèle, le quotidien ne s’est pas arrêté : suivi de la performance, clôture comptable… Le groupe a ainsi pu récemment présenter
ses résultats à fin mars
.

Accélération technologique

La compression des agendas s’est accompagnée d’une véritable accélération technologique. Sur le sujet de la gestion des données, tout d’abord. « Les data peuvent nous aider à prendre les bonnes décisions, de façon rapide, dans la volatilité actuelle », remarque Cécile Cabanis.
L’explosion du télétravail
a, par ailleurs, entraîné celle des conférences à distance : le groupe est passé de quelque 5.000 à 20.000 « calls » par jour et réalise quotidiennement plus de 8.000 visioconférences sur la plateforme Workplace. Jusqu’à y prendre des « cafés du matin ». « Toutes les semaines, les directeurs généraux des pays témoignent et échangent leurs ‘best practices’ pour aider tout le monde à mieux vivre cette période inédite », poursuit-elle.

Enfin, l’agilité,
Saint-Graal du management de la dernière décennie
, s’est imposée en un temps record. « Chacun s’est réorganisé et a changé sa façon de travailler naturellement ; les silos ont été cassés sans que cela ne pose de problème, dans une très grande solidarité des équipes. J’espère que l’on gardera une grande partie de ces éléments positifs de la crise : souplesse, mais aussi attention aux autres, écoute véritable… Il y a une vraie reconnexion à notre humanité. Tous les salariés de l’entreprise ont fait preuve d’un engagement, d’une énergie et d’une réinvention incroyables », note la responsable, elle-même engagée, au-delà de son travail,
dans la plateforme « Protège ton soignant »
. « Toute seule chez moi, dans des conditions assez privilégiées, j’ai ressenti le besoin d’être utile. »

Le retour de la famille annonce aujourd’hui une nouvelle phase pour Cécile Cabanis, qui a prévu de faire un « petit emploi du temps pour tout le monde ». Il faut aujourd’hui penser le long terme. « La crise du Covid – et le confinement – a commencé comme un sprint, mais on se rend compte aujourd’hui que l’on est engagé dans un très long marathon : il va falloir gérer son énergie pour tenir ». Heureusement, il y a des yaourts et des probiotiques plein le frigo.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

CAPTCHA ImageChange Image