Menu

« Scale up ! » Les erreurs à éviter en phase d’accélération, Aides et Réseaux

« Scale up ! » Les erreurs à éviter en phase d'accélération, Aides et Réseaux

Le scale, c’est le Graal. Du moins pour beaucoup d’entrepreneurs et de patrons d’entreprise. C’est l’étape incontournable vers le succès, vers le développement et vers une organisation plus structurée et plus concentrée. Pourtant, la route du succès est pavée d’obstacles, humains, matériels et technologiques. […] Pour éviter de faire fausse route, nous avons identifié les erreurs les plus communes à éviter à tout prix.

#1. Trop tôt ou trop tard

Si trouver le bon moment pour scaler peut se définir par vos KPIs, il faut surtout que votre organisation soit prête à passer le cap. Si vous attendez trop, vous risquez de vous faire dépasser. Si vous n’attendez pas assez, vous n’avez pas les reins assez solides pour tenir le coup et gérer les turbulences à venir. Réussir son scale nécessite de ne pas se disperser et de vérifier que vos fondations sont solides, et en particulier :

· Avoir une équipe de base qui tienne la route. La force de votre entreprise dépend des personnes qui l’aident à fonctionner. Même si vous n’avez que dix personnes qui travaillent avec vous, il est important que vous ayez une
équipe
dont vous savez qu’elle est engagée dans votre entreprise sur le long terme. Ensuite, ne tardez pas à recruter autour de ce noyau dur pour ne pas l’épuiser.

· Disposer d’une organisation interne solide. Avant de vous concentrer sur la croissance, vous devez d’abord prouver que votre produit ou service se vendra réellement. Vous devez disposer d’une structure organisationnelle adéquate pour que tout soit bien organisé, notamment en ce qui concerne la gestion des finances.

· Avoir un flux de trésorerie positif. Une bonne gestion de la trésorerie signifie comprendre chaque entrée et sortie d’argent, et ne jamais déléguer cette fonction. […] Utiliser votre situation de trésorerie actuelle pour prévoir vos revenus et dépenses futurs vous aidera à vous préparer à mieux gérer votre scale. […]

#2. S’accrocher au pouvoir

C’est une erreur courante, mais c’est aussi une étape difficile. Quand on a construit un projet de zéro jusqu’à une phase de scale, il est difficile de déléguer une partie de ses responsabilités ou de passer la main et d’
accepter de prendre un nouveau directeur général
pour conduire l’étape de scale. […] Pour pouvoir évoluer, vous avez besoin d’un organigramme évolutif et d’un PDG capable de conduire le succès pour et par d’autres personnes, sans renier les valeurs qui ont fait le succès de la solution jusqu’à présent. Faites tout de même attention à ne pas rajouter trop de couches hiérarchiques et essayez de rester sur une organisation la plus plate possible pour ne pas tomber dans les travers du corporate habituels.

#3. Penser corporate

Peut-être que vous deviendrez un jour un grand groupe présent sur tous les continents. Mais ce jour n’est pas encore arrivé. Ne soyez pas la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf parce que vous grandissez vite. Sinon, vous risquez de changer votre culture interne trop vite et de déboussoler vos salariés, d’ajouter de nombreux processus et couches de validation qui viendront paralyser votre agilité, et de perdre vos relations privilégiées avec vos fournisseurs ou partenaires historiques. N’oubliez jamais vos racines. C’est la clé de votre succès passé et futur.

#4. Faire plus au lieu de faire mieux

Une start-up qui réussit se concentre intensément sur sa productivité. Cela fait partie de la culture. Pour réussir son expansion, il ne suffit pas de doubler tous ses effectifs. Il s’agit d’accroître votre efficacité et votre productivité en tant qu’organisation. Les entreprises qui connaissent un succès d’estime à petite échelle, mais qui s’effondrent lorsqu’elles essaient de scaler doivent souvent leur échec à la perte de concentration sur les raisons qui ont fait leur succès au départ.

Colin Lalouette et Gabriel Dabi-Schwebel, auteurs de « Tous les secrets de la croissance pour accélérer la vente de votre solution logicielle».
– 1min30

Les auteurs

Colin Lalouette a fondé Appvizer, un moteur de recherche de logiciels, après dix ans de conseil en transformation digitale aux majors du CAC 40. Gabriel Dabi-Schwebel a fondé 1min30, une agence d’inbound marketing. Il a aussi créé deux éditeurs de logiciels (l’un dans les télécoms et l’autre dans le monitoring d’énergie).

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

CAPTCHA ImageChange Image