Menu

Rainjoy, la bulle anti-pluie à l’assaut des magasins de cycles, Le Lab/Idées

Rainjoy, la bulle anti-pluie à l'assaut des magasins de cycles, Le Lab/Idées

Parti de zéro, il y a deux ans, Eric Frandeboeuf, ancien consultant, a crée un nouvel accessoire de protection pour cyclistes. Il vise les boutiques de cycles.

Créer une innovation dans le garage de sa maison, Eric Frandeboeuf l’a vraiment fait. Pendant plus d’un an, ce dernier a travaillé chez lui à la fabrication d’un prototype de bulle anti-pluie pour cyclistes. C’est l’overdose de trajets professionnels en voiture qui le pousse en 2018 à
quitter son travail
de consultant en agroalimentaire pour se lancer dans ce projet qui encourage la pratique du vélo.

Il part de zéro. Mais au bout de quelques mois, face aux premières difficultés de développement produit, il fait appel à Benjamin Mettavant. Ce n’est pas n’importe qui : au début des années 2000, cet ingénieur fut membre de l’équipe qui inventa la tente à déploiement instantané, vendue depuis à plusieurs millions d’exemplaires.

11.000 euros de subventions

Avec ce nouveau renfort de poids, les premiers prototypes prennent forme et en mai 2019, Eric Frandeboeuf est sélectionné par le programme pour start-up de l’
accélérateur OSV
(Outdoor Sports Valley) à Annecy (74). Cette structure va notamment aider l’entrepreneur de 53 ans à confronter son innovation à de futurs utilisateurs. Une étape «
proof of concept
» indispensable avant d’envisager la mise sur le marché. « Nous avons rencontré une cinquantaine de cyclistes qui roulent régulièrement et en parallèle une trentaine de patrons de magasin de cycles », détaille le dirigeant savoyard. Grâce à ces retours d’utilisateurs et à des essais menés en situation réelle ou en simulateur de pluie, la bulle améliore son esthétique et ses pouvoirs de protection. A ce stade, cette phase d’étude d’usage approfondi est financée en partie par une subvention de 11.000 euros accordée par un dispositif de la région Rhône-Alpes (Start-up & Go).

Prêt d’honneur

Après avoir fait immatriculer son entreprise en avril dernier, le fondateur de Rainjoy bénéficie toujours du soutien d’OSV et de Benjamin Mettavant, devenu entre-temps le directeur industriel de la start-up. Parce qu’il n’existait pas d’usines européennes capables de maîtriser la technologie du « pop-up », tout est fabriqué en Asie. Le prix de revient, relativement faible, permet de proposer le produit à un tarif public accessible (120 euros) dans des magasins spécialisés. « Nous ne visons pas les cyclistes les plus mordus mais tous les gens qui renoncent à faire du vélo par temps de pluie », insiste Eric Frandeboeuf qui s’est récemment vu remettre un
prêt d’honneur
de
Réseau Entreprendre
, abondé par Bpifrance, soit au total 37.000 euros.

Protégé par deux brevets, le produit a démarré dans une cinquantaine de magasins de cycles. L’objectif est d’en vendre 2.000 unités la première année, avant le lancement fin 2021 de nouveaux accessoires anti-pluie. Une
levée des fonds
fait également parti du plan. « Le vélo est le grand gagnant de cette crise sanitaire. Une chance pour attirer plus aisément les investisseurs », espère le président de Rainjoy.


Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

CAPTCHA ImageChange Image