Menu

Pourquoi start-up et grands groupes doivent collaborer pour faire décoller la deep tech, Actu

Pourquoi start-up et grands groupes doivent collaborer pour faire décoller la deep tech, Actu

Depuis que les premières promesses de l’intelligence artificielle ont fait surface, il y a plus de vingt ans, de nombreux projets ont pu voir le jour et des innovations se sont mues en entreprises fleurissantes. En revanche, à l’échelle du temps des start-up, bien plus concentré, cette transposition n’est pas assez rapide. Ni pour les utilisateurs citoyens et consommateurs d’ailleurs. C’est pourquoi le gouvernement a lancé un grand plan deep tech censé donner 
une nouvelle dimension à ce vaste secteur
. Bpifrance, Hello Tomorrow et France Industrie viennent de conclure une étude qui identifie, selon eux, les trois secteurs prioritaires : santé, agriculture et décarbonation de l’industrie sont ainsi des priorités où la collaboration entre jeunes pousses et grands groupes est la plus urgente, notamment pour renforcer la compétitivité industrielle de la France.

« Nous ne sommes plus dans le temps de l’émergence, mais celui de l’accélération, résume Pascale Ribon, directrice deep tech de bpifrance. Là où des acteurs locaux organisaient le démarrage des projets, il faut désormais entrer dans une logique de filières dans lesquelles l’ensemble des acteurs échangent. Les difficultés de dialogue entre start-up, grands groupes et pouvoirs publics rendent encore leur accès au marché plus complexe. » Pourtant, les trois secteurs identifiés dans l’étude sont clés pour faire rebondir durablement l’économie française, notamment car « ils ont été au centre des priorités depuis le début de la crise sanitaire », précise Christophe Tallec, codirecteur d’Hello Tomorrow.

Santé digitale, un marché de 80 milliards

Nul besoin de rappeler le rôle des acteurs de l’innovation de la santé depuis neuf mois. Mais il est en revanche urgent de répéter à quel point la collaboration de toute la filière est cruciale, insiste Christophe Tallec : « Nous avons observé un élan de collaboration, des barrières levées avec plus de données partagées, mais cela reste à être amélioré. »

Le marché de la santé digitale est en effet estimé à 80 milliards d’euros, avec une croissance annuelle de 10 %, selon le rapport du pacte productif, mais il doit encore être structuré. Une dynamique qui doit profiter aux start-up, nombreuses à apporter des solutions concrètes sur le sujet. Comme 
Sensome, qui détecte la nature des caillots
obstruant les artères et provoquant des accidents vasculaires. 
Gleamer, qui fournit un diagnostic automatisé
d’images médicales en traumatologie. Ou encore Therapixel, dont le logiciel d’intelligence artificielle aide à 
la détection des cancers du sein
en se concentrant sur les cas les plus épineux.

Faire émerger des leaders mondiaux

Dans tous ces cas, la connexion aux professionnels de santé, et parfois aux géants de la pharma, est indispensable. Pour qu’elle aboutisse plus rapidement sur des déploiements, l’étude préconise plusieurs remèdes, comme la création d’un document de référence, détaille Pascale Ribon : « Nous travaillons sur un deal mémo pour mieux encadrer les relations entre les pépites innovantes et les acteurs plus traditionnels. Il s’agit de montrer comment partager la propriété intellectuelle, quels outils mettre en place, et de mieux encadrer le risque quand on travaille avec des start-up. Le bénéfice potentiel d’une technologie de rupture est plus grand, mais le risque d’y recourir aussi. »

Les enjeux se multiplient aussi dans l’agriculture et la décarbonation de l’industrie. Des acteurs majeurs comme InnovaFeed ou 
Ynsect émergent en France
, mais d’autres pans entiers doivent encore être disruptés. « Jusqu’à présent, nous étions focalisés sur l’équipement agro et la bioproduction, rappelle Christophe Tallec. Les start-up pourraient proposer des solutions clés en main en collaborant entre elles et ainsi accélérer la filière agro. »

Le besoin et les enjeux sont posés, les pistes d’accélération désormais tracées. Reste à l’ensemble des acteurs de ces trois secteurs à apprendre plus rapidement à 
travailler ensemble
et à faire émerger ainsi des champions mondiaux depuis la France.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

CAPTCHA ImageChange Image