Menu

IRD lance un fonds de transformation des PME, Financer la croissance

IRD lance un fonds de transformation des PME, Financer la croissance

« On ne crée pas seulement un fonds d’investissement. Ce fonds est adossé à des compétences pour coconstruire un plan de transformation avec le dirigeant et le manager », a expliqué, jeudi 17 décembre, Thierry Dujardin, directeur général du groupe de capital développement nordiste IRD, à l’occasion à Lille du lancement du FE2T (Fonds entrepreneurial et territorial de transformation).

Cette initiative vise à faciliter la mutation de PME ou d’ETI des Hauts-de-France vers de nouveaux modèles économiques. L’initiative associe plusieurs institutionnels, parmi lesquels Picardie Investissement, la Caisse d’Epargne Hauts de France ou même le réassureur Scor, et la région Hauts-de-France. Cette dernière pourrait apporter, selon nos sources, de 8 à 10 millions d’euros.

Mais ce fonds est également nourri par plusieurs grands noms de l’économie régionale, puisque l’association familiale Mulliez s’engage dans ce projet, ainsi qu’Octave Klaba, fondateur du champion du cloud OVH, qui met un ticket de 20 millions d’euros, ou encore Fabien Derville (le président de Decathlon) et Thierry Letartre (ex-dirigeant des Laboratoires Anios). Une société civile devrait être créée pour accueillir des apports plus modestes de chefs d’entreprise (potentiellement à partir de 150.000 euros). Au total, ce fonds, d’une durée de vie de douze ans, devrait lever 150 millions d’euros, pour des prises de participation jusqu’à 15 millions d’euros dans des entreprises de 25 millions d’euros de chiffre d’affaires au moins.

Les fondateurs du fonds jeudi, dont Octave Klaba, créateur du champion du cloud OVH (deuxième en partant de la gauche).

Investissement « un peu intrusif »

Outre les moyens financiers, les promoteurs du FE2T n’hésitent pas à revendiquer un investissement « un peu intrusif » pour générer un choc de transformation, avec, au premier rang, la mutation numérique, mais aussi en encadrant de près les entreprises concernées et en ne s’interdisant pas des participations majoritaires. Ce n’est pas un hasard si le projet associe Arnaud Marion, de l’IHEGC, spécialiste de la gestion de crise, même si les promoteurs récusent toute idée de fonds de retournement. « Nous allons offrir un pôle de compétences intéressant, pour aider à grandir par rapport aux enjeux qui se posent aux entreprises qui ont parfois du mal à prendre des risques ou qui peuvent être dans une stratégie de très court terme », analyse Octave Klaba.

Concrètement, les entreprises feront l’objet d’un diagnostic approfondi avant toute prise de participation, suivi de la coconstruction d’un plan de transformation, puis d’un accompagnement, correspondant à un total de quatre-vingt-dix jours de conseil. Au total, le fonds pourrait investir dans une dizaine de dossiers à haut potentiel.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

CAPTCHA ImageChange Image