Menu

entrepreneurs français à l’étranger, les oubliés de la crise, La communauté

entrepreneurs français à l'étranger, les oubliés de la crise, La communauté

Ce couple de français, propriétaire depuis deux décennies d’un hôtel de luxe aux Philippines, en lien avec les agences de voyages françaises, ne vend plus de chambre depuis près d’un an. En Inde, le créateur de Café Noir, une enseigne de viennoiserie et de pâtisserie françaises, a fini par revenir les poches vides dans l’Hexagone. Autant de récits sur ces grandes oubliées du plan de relance que sont les entreprises créées par des Français à l’étranger torpillées par le Covid-19.

Etant de droit local, elles n’ont accès à aucune aide française, et 87 % d’entre elles – pour la plupart des TPE – ne bénéficieraient d’aucun soutien dans leur pays d’implantation. Dans un rapport publié le 17 décembre, la sénatrice Jacky Deromedi (LR), qui représente les Français établis hors de France, tire la sonnette d’alarme sur la situation des entreprises françaises à l’étranger (EFE). Selon elle, 70 % des EFE prévoient un chiffre d’affaires en baisse en 2020 et 30 % ont déjà déposé le bilan.

Un label « France Impact »

« Et pourtant ce sont des entreprises qui vendent la marque France, qui font rayonner notre culture et notre savoir-faire, on ne peut plus considérer que notre influence ne se fait qu’à travers la diplomatie » enrage Anne Genetet, députée (LREM) des Français d’Asie, qui a déposé fin décembre une proposition de loi pour créer un label d’Etat « France Impact » permettant d’identifier ces entrepreneurs pour mieux les accompagner.

Car problème, pour l’heure, aucune donnée ne permet de les identifier. Tout juste évalue-t-on à 2,5 à 3 millions le nombre de français établis à l’étranger (hors expatriés). « Dans ces activités créées, il y a des joint-ventures, des sociétés de droit local, des filiales, c’est très compliqué de les repérer », glisse Anne Genetet. Ces élus redoutent un retour en masse de ces entrepreneurs déçus, la délégation sénatoriale estimant que 30 % des patrons d’EFE sont déjà rentrés en France depuis le début de la crise sanitaire.

Savoir-faire

Dans une enquête conduite en avril 2020 par le Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France (CCCF), 37 % de ces entreprises à l’étranger revendiquent la marque France et 52 % utilisent le savoir-faire français dans le domaine de la propriété intellectuelle. On les retrouve le plus souvent dans le consulting et l’audit, l’alimentation, les boissons (vins et spiritueux), l’informatique, ou l’hôtellerie-restauration.

Pour l’heure, des avancées ont eu lieu dans l’aide sociale aux Français à l’étranger et pour les bourses scolaires. Des discussions sont en cours pour élargir l’intervention de Proparco (filiale de l’AFD), qui apporte des garanties d’Etat aux entrepreneurs, dans des pays ailleurs que sur le continent africain.

Solidarité avec les entrepreneurs
Dans cette période difficile, les entrepreneurs et dirigeants de TPE-PME ont plus que jamais besoin d’être accompagnés. Le site Les Echos Entrepreneurs apporte sa contribution en proposant informations et témoignages gratuitement pour les prochaines semaines. Pour rester informés de l’actualité entrepreneurs et startups, pensez à vous abonner à notre newsletter.

Related Posts

LEAVE A COMMENT

Make sure you enter the(*) required information where indicated. HTML code is not allowed

CAPTCHA ImageChange Image